Ce site contient essentiellement des notes de travail. Le contenu est en constante évolution, et loin d'être achevé. (+ d'infos)
La plupart des documentations informatiques sont orientées Debian / Ubuntu.

Modélisme/Connaissance/Rodage d'un moteur

De Ordinoscope.net
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Introduction

Il existe presque autant de théories sur le rodage des moteurs que de modélistes. L'idée dans cet article n'est pas d'ajouter une théorie à la liste, car je ne suis en rien un spécialiste des moteurs, mais plutôt de faire la synthèse de tout ce que j'ai pu lire ou entendre jusqu'à présent, en fonction de mes expériences.

Quelques explication préliminaires

Tout d'abord, qu'est-ce qu'un rodage ? L'explication la plus simple, à mon sens, est le fait d'ajuster le piston au plus proche du cylindre, afin d'éviter des frottements, tout en conservant l'étanchéité entre ces deux pièces.

A ma connaissance, il existe 3 type d'étanchéité:

  • Piston à segment métallique

un segment métallique est une sorte d'anneau situé en haut du piston

  • Piston à segment d'huile

certains pistons ont une rainure en haut, comme un logement de segment qu'on aurait oublié de poser. L'idée est de piéger l'huile dans cette rainure, laquelle fera office de segment.

  • Piston conique

au lieu de poser un segment, souvent trop fragile pour de petites cylindrées, le piston est usiné de telle façon que le haut du piston est très légèrement plus large que le reste. C'est la tête du piston qui fait office de segment.

Quelque soit le type d'étanchéité utilisé, il est important de rappeler que les matériaux se dilatent avec la chaleur. Un moteur sans compression à froid peut en avoir plus que nécessaire une fois chaud. Il est recommandé de chauffer progressivement le moteur, sans quoi la dilatation du piston peut créer un pré-serrage (stries verticales dans le cylindre), et donc considérablement diminuer la compression du moteur.

Le rodage

Rodage à la japonaise

Le principe consiste à faire tourner le moteur au plus bas, tout en ayant les gaz complètement ouverts. Pour se faire, le mélange doit être extrêmement riche et le moteur reste froid (< 60°C). Malgré que ce type de rodage soit souvent conseillé, j'ai pu observer qu'il ne fonctionnait pas sur tous les moteurs. Pour que le rodage se fasse, il est important que la matière chauffe. La température conseillée est généralement de 60 °C. Si vous n'avez pas de thermomètre, la mesure représente une sensation de brûlure au bout d'une seconde de pression d'un doit sur la culasse. Evitez tout de même de vous brûler, ce n'est pas le but.

Sur les conseils de mon garagiste moto de l'époque, je pense aussi que le rodage à la japonaise n'est pas réellement le plus efficace. La lubrification d'un moteur se fait au travers d'un film d'huile autour du piston. Un mélange trop riche empêchera la formation du film et augmentera artificiellement la compression. Résultat, la lubrification est irrégulière et le moteur subit des chocs violents. En plus de ne pas ajuster le piston au cylindre, ces chocs peuvent provoquer du jeu dans les roulements.

Première lubrification

Le premier coup de démarreur est toujours délicat, car il n'y pas encore de carburant dans la chambre de combustion, donc pas d'huile. Une solution consiste à noyer le moteur avant le premier démarrage. Mais n'oubliez pas de le vider. Le carburant à l'état liquide n'est pas compressible, ni explosif !

Certains pratiquent cette opération en retirant la bougie, puis remplissent la chambre de quelques gouttes de carburant, font quelques tours, puis déversent le carburant restant hors de la chambre.

Libération de la course du piston

La première consiste à de libérer la course du piston. Cette course se sent très bien en tournant le moteur à la main. Si le moteur résiste fortement et grince, c'est que vous devrez y passer. Mais des moteurs de bonne qualité, tels que OS ou Saito sont tellement bien usinés que cette opération n'est souvent plus nécessaire. La plupart préfèrent toutefois faire un plein de réservoir pour s'en assurer.

  • Démarrer le moteur au ralenti
  • Ouvrir le pointeau jusqu'à ce que les gaz soient huileux et noirs (en mettant le doigt derrière l'échappement, vous pourrez constater des résidus huileux très foncés).
  • Ce rodage se fait autour des 60°C. Si vous n'avez pas de thermomètre, cette température peu se mesurer un posant le doigt sur la culasse. 60°C représente une sensation de brûlure après une seconde.
  • Le moteur ne tournera pas régulièrement, mais ne doit surtout pas taper violemment.
  • Sur un moteur 4-temps, il est recommandé de laisser l'allume-bougie pendant ce rodage. La bougie refroidit trop pendant le rodage, et le moteur tape et cale régulièrement.

Cette étape est terminée quand vous pouvez tourner le moteur à la main sans blocage ni grincement.

Rodage du piston ou segment

La deuxième étape consiste à faire monter le moteur en température (généralement jusqu'à 90 °C). A cette température, ne surtout pas mettre les doigts sur le moteur ! Entre 60 et 90°C, le piston va augmenter de volume sous l'effet de la chaleur. Faire monter le moteur à 90 °C, puis le laisser redescendre à 60 °C plusieurs fois.

  • A plein gaz, régler le pointeau pour avoir une fumée épaisse à l'échappement, mais sans avoir pour autant des gouttes d'huile qui s'en échappent.
  • En principe, ce rodage ce fait en vol, car le moteur se refroidit mal en statique.
  • Une fois en vol, mettre plein gaz pendant moins de 10 secondes, puis laisser refroidir pendant une minute. Répéter l'opération tout au long du rodage.
  • Si le moteur perd considérablement de puissance, resserrer le pointeau d'¼ de tour, puis continuer l'opération. Ne suivez pas aveuglément les conseils mal avisés des copains ou des valeurs de réglage du manuel souvent prévues pour un moteur rodé. Votre moteur saura très bien vous faire savoir quand il est nécessaire de le re-régler.

Les points importants

  • Les 2 températures à connaître sont:
    • 60°C pour le rodage
    • 90°C pour obtenir les meilleures performances d'un moteur (attention: cette valeur peut changer si vous avez un moteur à très hautes performances, ex. hélico, voiture. Consulter le manuel).
  • Un moteur ne doit jamais tourner sans charge (hélice pour un avions, rouler pour une voiture).
  • Un moteur trop gras ne serre jamais. Un moteur qui fume est un moteur bien réglé, et qui ne correspond souvent pas aux valeurs indiquées dans les manuels. Le réglagle du pointeau dépend essentiellement du carburant utilisé.

Références