Ce site contient essentiellement des notes de travail. Le contenu est en constante évolution, et loin d'être achevé. (+ d'infos)
La plupart des documentations informatiques sont orientées Debian / Ubuntu.

Electronique/Hardware/Outils/Bus Pirate

De Ordinoscope.net
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Introduction

Bus pirate v3a

Le Bus Pirate est un circuit permettant de s'interfacer sur des bus tels que 1-Wire, I2C, SPI, UART (mode TTL), JTAG, etc. C'est un outil très pratique pour tester des périphériques utilisant ces différents bus. Il est aussi compatible avec les versions récentes de flashrom, un utilitaire pour flasher les firmwares, et qui peut permettre de sauver des machines dont la mise à jour n'a pas fonctionné.

Il ne faut pas confondre le Bus Pirate avec un analyseur logique. Il est capable d'écouter certains flux en mode passif (ex. UART) et d'en afficher le contenu à l'écran, mais ces fonctions sont très limitées. Il est réellement prévu pour communiquer en mode actif. Pour de l'écoute passive, vous pouvez utiliser le Logic Sniffer de DangerousPrototypes, ou l'analyseur logique de Saleae.

Le Bus Pirate est conçu comme Open Hardware, dont le firmware est en Open Source. Il ne cesse d'évoluer et la communauté y est très active.

Utilisation

Console

La vitesse de connexion au Bus Pirate s'initialise à la première connexion. Les baudrates possibles sont: 300, 600, 1200, 1800, 2000, 2400, 3600, 4800, 7200, 9600, 19200, 38400, 57600 et 115200.

Sur Linux, il est possible d'utiliser Minicom, GtkTerm (pose souvent bcp de problèmes), ou divers autres programmes. Le plus simple est screen.

$ screen /dev/ttyUSB0 115200

Pinout

GND +3.3V
+5V1 ADC
Vpu AUX
CLK MOSI
CS MISO
câble de SeeedStudio
câble de Sparkfun
Bus Pirate - Sticket.png

1 Il s'agit en fait de la tension de l'USB. Comptez plutôt sur ~4.7V.

Protocoles

Références